12-14 mars 2024

Mardi 12 mars 2024 – Marathon d’après-midi

Il est 12h35, l’heure de m’y remettre.
J’avais hâte !

Pas fun fact : je ne peux pas bosser au casque avec mes trop belles boucles d’oreilles dépareillées. Sinon, bobo. (J’ai de graves problèmes, je sais.)

16h55. Oh bon sang. Les douleurs dans la nuque, le dos, les oreilles, les jambes.

Mais waouh, quel kif, cette session !

Je réécoute les extraits des textes que Cécile a écrits et qu’elle m’a lus, avant l’interview.
Au début, je voulais en intégrer un, puis je ne trouvais pas de place aux courts morceaux choisis.
Mais c’était au début du montage ; il me manquait la vision d’ensemble.

Là, je sais ce qui serait beau.
Je réécoute ses textes et je choisis un ensemble, plus long.
Je sais exactement où le mettre.

Voilà. Avec cette musique, c’est si beau ! 💕

Puis, retour sur Artlist pour poursuivre ma sélection musicale.

En essayant des titres, je vois à quel point la musique CHANGE TOUT de la lecture que l’on peut faire d’un discours.

D’ailleurs, gros enjeu pour la fin : ne surtout pas faire mélo.
C’est le moment où les mots de Cécile sont les plus puissants, pour moi.

Je trouve un titre musical que j’adore dès les premières secondes.

Téléchargement.
Mais je réalise vite que le rendu est trop tragique.
C’est complètement fou, ce pouvoir de la musique. Je l’écris comme si je le découvrais. Évidemment non, mais je le ressens profondément, là, en particulier sur la peau de mes bras et au sommet de mon crâne.

Je pourrais raconter plusieurs histoires, avec les mêmes mots et des musiques différentes.

Obligation absolue : tester tester tester des morceaux pour voir ce que ça donne avec les voix.

J’en choisis une (pour la fin, donc), mais j’hésite. Je sens un tout petit frein. Suffisant pour…
Retourner sur Artlist et chercher autre chose.

Je vais voir du côté de la country (avec des paramètres bien précis en plus) que Cécile m’avait citée parmi ses préférences.

Je sélectionne un morceau que j’aime beaucoup.
J’en essaie trois autres dans Reaper, avec les voix.
Dingue dingue dingue, ce que ça change :

1. L’un des titres prend le pas sur la voix (pas par son volume, mais par la présence des instruments et de la mélodie ; la voix passe au second plan. Pas bon.)

2. Un autre est trop monotone ; la musique m’ennuie et ça déteint sur l’ensemble. Pas bon bis.

Je reviens au titre de départ, celui avec le tout petit frein.

Et puis, je réécoute les morceaux téléchargés tout à l’heure, mis de côté, mais pas intégrés sur Reaper.
L’un d’eux, ohhh !
J’essaie.

Et là, c’est évident. C’est lui. 💜

Il est presque 17h et je télécharge une version 1 en .wav du Portrait sonore de Cécile Rousseau.
Je répète :
Je télécharge une version 1 !

À la réécoute, j’entends quelques petits problèmes de niveaux sonores.
Et je m’interroge sur la fin. N’y manquerait-il pas quelque chose ?

On verra demain.

 

***

 

Mercredi 13 mars – L’heure des versions d’après

Réécoute hier soir dans mon lit. J’ai pris des notes  sur mon iPhone. Des manques ; la nécessité de modifier une musique + des ajouts de sound effects à des instants précis.

Heureuse de m’y remettre dès ce matin !

Je commence par rechercher une musique plus légère pour un passage au début, celui où “c’est l’occas’” de mettre du plus léger.

À la réécoute hier soir, j’ai senti qu’à un moment, ça manquait de liant. Deux fragments de la voix de Cécile, très distincts l’un de l’autre. Je sens qu’il y manque ma voix. Je sens aussi que j’ai d’autres choses à dire.

Je me remets sur la page Script pour écrire le morceau manquant.

Puis, enregistrement de ma voix. Je dois attendre que le PC se mette en veille pour ne plus entendre le ventilo. Et ça ne vient pas. Grr…

J’ajoute des sound effects à deux moments clés. Je trouve ça tellement mieux ! Plus de relief, ça change tout.

Pause !

M’y remettre après déjeuner, pressée pressée pressée ! 😀

Travailler sur les niveaux des voix, des musiques et des sons.
Ajouter un tout petit bout rieur, hésiter, l’enlever, le remettre. L’enlever.

Télécharger une v2. L’écouter. Sourire.

Retravailler le volume global.
Télécharger une v3. L’écouter. Frémir.

Je crois que je touche au but.
C’est si beau ! C’est si beau, ce que j’ai fait de ce qu’elle dit, je trouve.
Et avant tout, c’est si beau, ce qu’elle dit.
Je suis tellement pile dans mon slogan : “mettre en valeur par les mots et la voix”.

Quel délice, ce boulot. Vraiment. 💖

Il fait grand beau, j’ai des courses à faire ; je pars à pied, avec le Portrait sonore de Cécile Rousseau dans les oreilles.

Cette fierté, ce soulagement aussi, cette joie du devoir accompli, sont délicieuses.

J’envoie ma v3 à deux paires d’oreilles pour avoir leur retour.
Je verrai demain ce que j’aurai à fignoler, ou pas.

Capture d'écran du logiciel Reaper et son mixer pour la création d'un Portrait sonore par La Fantaisie Vagabonde

Jeudi 14 mars – La fignoleuse vs. La pinailleuse

Ce matin, les retours des quatre oreilles qui ont écouté la v3 du Portrait de Cécile m’arrivent.

Quelle joie de les lire.
Si peu de suggestions de modif’ et tant d’enthousiasme.

C’est très étrange d’écrire ici qu’il est très réussi, ce Portrait, alors que Cécile ne l’a pas encore écouté !

Je m’y remets dans l’après-midi, pour le fignolage.

Je réenregistre ma voix sur certains passages, d’après une observation très juste d’Amélie.

Re-nettoyage-compressage-normalisation.
Et je redécoupe sur Reaper.

Et patati et patata.

Je commence à trépigner.

Je re-hésite sur des histoires de niveaux sonores.
J’écoute au casque.
J’écoute aux oreillettes.
Je me tâte.

Puis, je remonte tout légèrement les volumes des musiques.

Il est 16h, et je sens que le fignolage est en train de se transformer en pinaillage.
C’est exactement la raison pour laquelle j’en ai assez.
Je trépigne d’avoir terminé. Je m’impatiente.

Je sens, je sais qu’il est fini, ce Portrait.

C’est comme si je n’avais pas envie de le quitter, mais qu’en même temps, j’avais très très hâte de l’emballer pour aller le livrer –virtuellement– à sa future propriétaire.

Dernière écoute (promis promis promis) sur mon iPhone, en écrivant ces lignes.

Et ensuite ?

Ensuite, je vais l’envoyer.
Joie mêlée d’angoisse.
Cette pression que je me mets est dingue. Je veux tellement TELLEMENT qu’il lui plaise !
J’espère tellement TELLEMENT avoir été à la hauteur.

***

Raaa… après prépa des fichiers, de la page Notion, pendant que je réécoute pour la énième fois, je m’aperçois qu’un effet sonore est un poil fort (la pinailleuse n’a pas dit son dernier mot).

Je rouvre tout, je baisse le volume d’un cheveu.

Puis, re-téléchargement, WeTransfer, le fichier sur la page Notion, etc.

Je n’en peux plus ; je veux livreeeeerrrr !!! 🤯

Réécoute finale en écrivant ces lignes. Il est 17h40.

Et puis… je clique sur “Envoyer”.

Découvrez les autres entrées de mon journal de bord…