Connaissez-vous Sebastian Erras ?
Ce photographe globe-trotter allemand s’est pris de passion pour ses pieds.
Ou plutôt, pour ce qu’il y a en dessous.
Le sol.
Les sols.
À ses pieds.

De Paris à Cuba, en passant par Barcelone ou Londres, il pointe l’objectif de son appareil vers le bas, et photographie des sols singuliers, magnifiques, colorés, graphiques, mémorables, remarquables.
Regardez !

Il pousse même la coquetterie jusqu’à choisir de jolis souliers, qu’il assortit parfois au décor.

J’ai découvert son travail sur Instagram.
Et chaque fois qu’une nouvelle photo apparaît dans mon feed, je la savoure.
C’est beau. Et c’est tout.
Et c’est suffisant.

Comme c’est souvent le cas sur les réseaux, les utilisateurs se sont emparés de son idée et l’ont déclinée à coups de hashtags #parisianfloors ou #londonfloors.
Résultat : des photos de pieds sur sols. Ou de sols à nos pieds.

Et puis il y a le trio formé par Pien van Wijmen, Josha Jansen et Edith Beurskens, qui a lancé “I Have This Thing With Floors” en 2014.
Avec eux, les limites géographiques tombent ; libre à nous de faire des selfeet où bon nous semble.
Et d’utiliser le #ihavethisthingwithfloors.

Et nous, alors ?
On s’y met aussi ?

Quand vous remarquerez un joli sol à vos pieds, admirez-le quelques instants.
Et si le cœur vous en dit, immortalisez-le !
Que vous soyez en tongs, pieds nus, en mules ou en escarpins, peu importe.
Et qu’il s’agisse d’un sol en tommettes, en mosaïque ou d’un champ de coquelicots, tout est permis.

Concentrons-nous sur la beauté.
Accueillons-la.
Célébrons-la.

N’hésitez pas à partager votre photo sur Facebook ou sur Instagram avec le #lafantaisievagabonde (et éventuellement l’un des hashtags cités plus haut).

Et une prochaine fois, on regardera volontiers vers le haut !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires