Salvador Dali

Salvador Carroll

[Alice au pays des merveilles, 1969 – Salvador Dalí – Exposition temporaire à La Rosière, Nantes – mars 2018]   Le Chat se contenta de sourire en voyant Alice. Elle lui trouva l’air fort aimable ; pourtant, il avait des griffes extrêmement longues et un très grand nombre de dents ; aussi, elle sentit qu’elle…

et bouées au plafond !

Les grands moments

L’été qui s’écoule est, pour certains, l’occasion de déconnecter, de s’éloigner, d’aller marcher, dormir, manger, rêver. Pour vous, peut-être ? L’été qui s’écoule est, pour moi, l’occasion de rester connectée (!), de camper devant mes écrans (sauf quand j’étais là), de prendre le soleil dans le jardin, aussi, de dormir (trop peu) De travailler (beaucoup)…

Luciano Di Rosa

Les lumineuses

     « Je suis convaincue que le processus créatif est magique et que c’est de la magie. Voici en effet ce que j’ai décidé de croire concernant le fonctionnement de la créativité : Notre planète est habitée non seulement par des êtres humains, des animaux, plantes, bactéries et virus, mais également par des idées. Les idées…

Megan Rooney, Palais de Tokyo

Plonger… sans bouée

Je reviens d’une semaine parisienne. De celles qui font mal aux pieds, Qui oxygènent le cerveau, Et provoquent des frémissements dans le cœur. Je reviens d’une semaine de pause Stimulante Pleine Débordante Je reviens de Paris La polluée La mélangée La bondée La qui-pue La qui-sent-bon-le-chèvrefeuille, aussi L’excessive La vertigineuse Je reviens de Paris Où…

Mise en abyme

Regards

Cheminer   Dans la forêt des mots Il sculpta son langage Sa mémoire s’allongea Au-delà du passé Dans l’océan des signes Il puisa ses images Sa vision s’ajusta Au rythme des cités Dans le spectacle des choses Il creusa son sillage L’instant ensemença Les dunes d’éternité.   Andrée Chedid (1920-2011), Rythmes, Gallimard, 2003   [Photo…

Grand frisson. Musical.

Eh ! vous, là, derrière votre écran ! Oui, vous. 🙂 Quelle est la dernière chose qui vous a profondément enthousiasmé(e) ? J’écris « chose » comme j’aurais pu écrire « sujet », « événement », « instant », « rencontre », « image », « odeur », « phrase », « lieu »… Alors, si je reformule : Récemment, qu’est-ce qui vous a passionné(e), transporté(e), ému(e)… ? Dernièrement, c’est-à-dire il y a…

Chapiteau

En piste !

L’unique souvenir circassien qui me reste de l’enfance tient en un mot : Terreur. Non pas que je souffrisse (c’est cadeau, ça !) de coulrophobie. Mais plutôt parce que je craignais la lumière. Le feu, même. Celui des projecteurs. L’unique souvenir circassien qui me reste de l’enfance, c’est un clown à gros nez rouge qui…

Cotillons

À Héloïse

Chère filleule, Le lien tissé entre toi et moi, bien qu’invisible, est déjà un peu magique. Le ressens-tu ? Probablement pas. Pas encore. C’est très bien comme ça. On a tout le temps. Le rôle de marraine que tes parents m’ont proposé d’endosser suppose une transmission. De celles qui ouvrent une voie. Peut-être. De celles…

Fleur blanche

Du sucre et du beurre salé

Françoise Héritier était anthropologue, ethnologue et militante féministe. Née en 1933, elle est décédée il y a quelques mois, en novembre 2017. En octobre 2017, Augustin Trapenard la recevait dans son émission matinale, Boomerang. C’est, je crois, la première fois que j’ai entendu et écouté sa voix. Dans cet échange, il fut question de l’effacement…

Folie douce

Il y a les connaisseurs de Star Trek qui parlent couramment le klingon. Il y a les adeptes de How I Met Your Mother qui ont acheté le Bro Code et n’ont pas aimé la fin officielle de la série. Et puis il y a les fanatiques de Friends qui connaissent les épisodes par cœur…

Tableau vintage

Mots d’amour

Dès demain, la ville de La Charité sur Loire accueillera la 14e édition du Festival du Mot. Le parti pris du festival est le suivant : « faire vibrer les mots pour mieux réfléchir à leur magie et leurs pouvoirs sans jamais succomber à la tentation de ne s’adresser qu’à ceux qui les manient avec aisance…

Papillon

Une certaine idée de la perfection

Le papillon Naître avec le printemps, mourir avec les roses, Sur l’aile du zéphyr nager dans un ciel pur, Balancé sur le sein des fleurs à peine écloses, S’enivrer de parfums, de lumière et d’azur, Secouant, jeune encor, la poudre de ses ailes, S’envoler comme un souffle aux voûtes éternelles, Voilà du papillon le destin…