Paréidolie nuageuse

Le vieux samouraï

Dimanche soir, alors que le soleil avait rendu les armes derrière la pointe Finistère, les nuages ont envahi le ciel. Lourds, immobiles, tranquilles. Rose poudré. Poudre rosée. Je les observais depuis le canapé, plongée dans une langueur toute dominicale. Soudain, je l’aperçus. Je me relevai d’un coup pour m’assurer que je ne rêvais pas. Non.…